Le site de la Communauté des Ginoux

Les GINOUX de Lourmarin

La première famille GINOUX arrivée à Lourmarin (Vaucluse)

Imaginez 6 personnages sur le quai d’un port, celui de Gênes ou peut-être celui de Savona. 3 hommes Jean, son fils et son frère cadet Martin et 3 femmes, la mère de Jean, sa femme et sa fille. Les 3 premiers vont émigrer et les 3 autres repartir pour Prali. Ils ont tous le coeur gros. La mère ne verra plus ses fils et petit fils et cette séparation est la plus difficile de tout ce qu’elle a vécu comme les guerres et la misère.

Jean GINOUX habitant PRALI dans une vallée vaudoise du Piémont (Italie) décide d’émigrer avec sa famille à LOURMARIN (Vaucluse) en 1488. Le seigneur de Lourmarin, Fouquet d’Algout a signé un accord avec des ensembles de familles, dont la famille GINOUX, leur reconnaissant le droit de former une communauté sur ses terres. Ce sont les Actes d’habitation (1488 et 1494 pour Lourmarin).

Jean vient avec son fils Jacques et son frère cadet Martin. Ce dernier, en février 1497, ira prendre femme (Jeanne FAVATIER) à Bobbio Pellice dans une vallée voisine de celle de Prali pour revenir fonder une famille à Lourmarin. Ils créent le hameau des Ginoux à Lourmarin.

Martin semble être notre aïeul. Un des ses fils, Constant, va se marier lui aussi à Bobbio Pellice et revient avec sa femme à Lourmarin en 1523 (nouvel acte d’habitation). Constant a eu probablement 7 enfants pendant une période fort troublée. En effet, désignés comme hérétiques, les Vaudois étaient persécutés et chassés par les dominants de religion catholique apostolique romaine.
Un des fils de Constant, François, se marie avec une fille de Bonnieux, Huguette Ramasse. Ils ont eu Jacques Ginoux en février 1580. Celui-ci se marie à son tour avec Marie Salenc en 1609.

Notre branche abandonne Lourmarin et s’installe vers 1640 à La Roque d’Anthéron, dans la vallée de Sainte Anne.

La famille GINOUX de la Bastide de Saint Anne ( commune de La Roque d'Anthéron) de 1640 à 1900

La famille Ginoux a habité durant plusieurs décennies la Bastide de Sainte Anne (dans la vallée de Sainte Anne, à la limite de la commune de Lambesc au bord du vabre de la Jacourelle, 11 maisons et familles en 1851). Elle finit par abjurer la religion vaudoise en 1685 dans l’église de Silvacane. Vers 1881, la maison de Sainte Anne est abandonnée ou vendue. Nos ancêtres resteront à La Roque jusque dans les années 1965, soit plus de 300 ans, mais en bons catholiques romains.En 1896, une seule famille de Ginoux est présente dans la vallée avec 11 italiens bûcherons. En 1901, il ne reste plus que 3 personnes dans cette vallée : deux soeurs Ginoux veuves âgées de près de 80 ans et le gendre de l’une d’entre elles. En 1906 aucun habitant n’est recensé à Sainte Anne.

La lignée de Pascal GINOUX et de ses cousins franco-belges et américains

Jean Baptiste Eugène Ginoux

Jean Pierre GINOUX

Jean Baptiste GINOUX et Victoire Philomène Pascale BARTHOULIN lignée de Pascal GINOUX et Marie ROUX.

Jean Pierre GINOUX et Magdeleine Honorine FABRE vont engendrer la branche franco-belge des GINOUX

Jean Pierre GINOUX et Véran Marthe BELLUGUET vont engendrer la branche américaine des LANDRIN GINOUX

La famille GINOUX dans le village de la Roque d'Anthéron dès 1896
Deux branches distinctes : une en Belgique, l'autre aux Etats Unis d'Amérique

Les parents de Lucien sont Pascal Ginoux et Marie Roux. Avant son mariage, Pascal était agriculteur, dans la vallée de Sainte Anne avec son père Jean-Baptiste et son grand frère Eugène Victor. Depuis son mariage, il est marchand de tissus au Chef lieu, rue Droite. Deux des enfants de Pascal et Marie poursuivent le métier de leur père. Gaston est tailleur et Lucienne gère un commerce de nouveautés (vêtements, linge de maison). Leur autre fils, Lucien, lui, est entré dans les chemins de fer.

Le fils aîné de Jean Pierre entre au chemin de fer et son fils, ingénieur, va s’installer à Bruxelles pour diriger une usine de fabrication de groupes d’auto-pompes, filiale du groupe français RATEAU.

Une des filles de Jean Pierre émigre avec son mari et leur bébé aux Etats Unis pour y implanter la viticulture. Désirée GINOUX se sépare de son mari et fonde un nouveau foyer avec Adolphe RINIKER.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.