Le site de la Communauté des Ginoux

GINOUX LION

Consignes d'utilisation de l'arbre
Cliquer sur l’étoile pour se rendre à la page de la famille de l’individu. Dans le cas de plusieurs mariages pour un même individu, cliquer sur les étoiles de gauche à droite dans l’ordre des mariages.
Les ascendants de Fernande FABRE et Lucien GINOUX sont indiqués par la couleur violette
 

Antoine Toussaint GINOUX et Marie Magdeleine LION

Dès leur mariage en 1818 à Lambesc, Antoine GINOUX et Marie LION vivent à La Roque. En effet, leurs 7 enfants naissent dans cette commune. En 1841, après le décès du père de Marie LION , ils habitent à Lambesc au quartier de La Baume (près de la Chapelle Saint Anne) avec leurs 3 fils encore vivants, Antoine (Joseph Marc), Jean Pierre et Jean Baptiste et leur fille unique Marie Thérèse. A Saint Anne en 1851, ils habitent la bastide avec leurs enfants Jean Baptiste (19 ans) et Marie Thérèse (18 ans). En 1861, ils y vivent seuls. En 1866, ils viennent habiter rue Grande au chef lieu. Antoine décède en 1870 et Marie LION se réfugie chez sa fille Marie-Thérèse à Saint Estève Janson où elle décède en 1872.

Actes d’état civil de ce couple.

Leurs 7 enfants (6 garçons et 1 fille) tous nés à La Roque :

  • Antoine né en 1819, décédé la même année
  • Jean Joseph né en 1821, décédé la même année
  • Joseph Marc Antoine né en 1823, va se marier à Charleval le 11 février 1850 avec AUDIER Thérèse Augustine. Il décède le 31 janvier 1900 à Charleval.
  • Jean Pierre né en 1825 : 3 générations avant Fernande et Lucien, une union des lignées GINOUX et FABRE se constitue. Jean-Pierre GINOUX se marie avec Honorine Madeleine FABRE née le 18 juin 1835 à Charleval, petite fille de Jean Joseph Narcisse FABRE et de Thérèse IMBERT  et fille du fils ainé, Joseph FABRE et de Marie GUITTON. Le couple s’installe à Mérindol (Vaucluse). Honorine va malheureusement décéder encore jeune le 30 décembre 1859 à Mérindol (Vaucluse) à l’âge de 24 ans. Ils ont un enfant, Victor André GINOUX. Celui-ci va se marier le 21 avril 1881 à Cheval-Blanc (Vaucluse) avec Clara Rosine LAPIERRE. Leur fils Emile André Aimé né en 1891 va créer une branche belge des GINOUX.         
    Jean Pierre va se remarier le 16 août 1860 avec Véran Marthe BELLUGUET née à Puget (Vaucluse). Ils ont beaucoup d’enfants qui meurent très jeunes sauf deux filles, Victorine et Désirée. C’est leur fille Désirée, née en 1872 à Mérindol qui va émigrer aux Etats Unis d’Amérique et va créer la branche américaine des GINOUX
  • Louis né en 1828, décédé en 1830
  • Jean-Baptiste né en 1831, marié en 1860 avec BARTHOULIN Victoire à La Roque (génération suivante)
  • Marie Thérèse née en 1833, mariée en 1853 à La Roque avec VALENCE Ferdinand Pierre de Saint Estève Janson, propriétaire cultivateur. Leurs enfants nés à Saint Estève : Thérèse Marie Berthile née en 1854, est placée comme domestique à Cavaillon, mariée à Saint Estève le 9 septembre 1879 à ROUSSET Auguste charcutier ; Gustave né en 1862 ; Baptistin né en 1865 ; Louis né en 1869, la même année du décès de son père Ferdinand VALENCE à 44 ans. Louis est domestique de ferme et vit seul en 1896 à Saint Estève. Il  se marie le 30 avril 1898 à Venterol avec Léonie RICHAUD (née à Venterol Basses Alpes). Il est patron coiffeur à Saint Estève en 1906 avec sa femme et son fils Marceau né en 1899 à Saint Estève. La famille VALENCE habite Saint Estève dans le village, du mariage en 1853 à 1891. Marie est devenue veuve et travaille en tant que journalier. Puis on perd la trace de Marie GINOUX…