Le site de la Communauté des Ginoux

Les GINOUX de Châteaurenard

Aucun lien n’a pu être établi entre la plus ancienne trace de Ginoux à Châteaurenard et les Ginoux des Cévennes. Mais la  la présence de Ginoux à Châteaurenard en 1415, bien avant l’arrivée des Ginoux de Lourmarin laisse à penser à un lien entre les Ginoux de Châteaurenard et les Ginoux des Cévennes.

Retour aux GINOUX des Cévennes

La trace la plus ancienne à Châteaurenard

Dans l’inventaire sommaire des archives des Bouches du Rhône antérieures à 1790 rédigé par M. BLANCARD tome 1, un seul GINOUX est cité pour tout le département :

  • Guillaume GINOUX  de Châteaurenard a une obligation envers un certain Isaac, juif d’Avignon pour lui avoir acheté dix charges de blé.
Extrait de l'inventaire sommaire des archives des Bouches du Rhône ancien régime

La méthode de recherche

De très nombreux GINOUX sont nés à Châteaurenard au cours des siècles. Partant de Monsieur GINOUX, mari de Madame GINOUX représentée en peinture plusieurs fois par van Gogh, nous avons remonté ses ancêtres pour arriver à un certain Jean le vieux GINOUX marié dans les années 1550 avec Marguerite ROUX.

Pour cela, nous avons utilisé la base de données de GénéProvence en utilisant toutes les orthographes du nom GINOUX pour les communes de Châteaurenard et de Rognonas. 

Nous avons également rechercher dans les tables des registres des notaires d’Avignon (période 1429-1465) afin de repérer des GINOUX à Avignon, sans succès. L’objectif étant de vérifier l’origine de GINOUX venus d’Italie avec les Papes suite au commentaire sur la page Les GINOUX.

Les lieux : Châteaurenard et Rognonas

Séparé du Comtat Venaissin (un autre État)  par la Durance, Châteaurenard a dû s’opposer à cet état administré à Avignon pour contenir les eaux tumultueuses de la Durance et ce depuis le Moyen Âge jusqu’à la Révolution. Un bac pour traverser la Durance existait à Châteaurenard et un autre à Rognonas. Châteaurenard dépendait de la viguerie de Tarascon.

Les GINOUX de Châteaurenard dans les années 1500

On trouve les traces de 4 GINOUX de sexe masculin nés dans les années 1520 :

  • Antoine marié avec Marguerite LYNE
  • François marié avec Peyronne PERRIN
  • Jean le vieux marié avec Marguerite ROUX (ancêtre de Joseph Michel le mari de Mme GINOUX peinte par Vincent van Gogh.)
  • Jean marié avec Toinette PREVOST

Entre Guillaume et ces 4 hommes, un siècle s’est écoulé, environ 4 ou 5 générations ont pu se succéder. On peut faire l’hypothèse de deux frères Jean et Jean le vieux. Mais Antoine et François peuvent être les enfants d’un ou de deux autres GINOUX.

La lignée de Joseph Michel GINOUX mari de Mme GINOUX peinte par Vincent van Gogh

Jean le vieux GINOUX dit Tharabeau et Marguerite ROUX

Jacques GINOUX et Hélène BENOIT d’Avignon

Mathieu GINOUX et Antoinette CHABERT

Michel GINOUX et PAULEAU Françoise

Pierre GINOUX et Anne MICHEL

Denis GINOUX et Anne Marie BON

Pierre Joseph GINOUX et Marie DUMEN 

Pierre Denis GINOUX etAnne Marie CALET

Michel GINOUX et Rose Lucie BERTRAND

Joseph Michel GINOUX et Marie JULIEN d’Arles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.