Le site de la Communauté des Ginoux

GINOUX BEJUY

De 1800 à 1805, Hippolyte est receveur de l’Enregistrement et des Domaines

Précédant son entrée dans l’administration fiscale, Hippolyte accomplit son service militaire aux armées d’Italie et de Suisse Du 23 avril 1793 au 9 juillet 1798.

Hippolyte est receveur de l’enregistrement et des Domaines en premier lieu au Puy en Velay (Haute Loire), ensuite à Conflans (qui deviendra Albertville, en Savoie).

Il semble que Hippolyte GINOUX rencontre Grazia Maria BEJUY de LACOCHE à Grenoble. Le père de Grazia Maria, François Joseph BEJUY de LACOCHE a pris sa retraite d’officier à Grenoble. C’est à Grenoble que le couple est uni par le mariage le 23 mai 1804. Le père de Grazia Maria, en visite à Lourdes, est représenté par André Noël Caire de Chichillianne, propriétaire (dont le père était seigneur de Chichillianne et Trésorier général des Finances du dauphiné).

Hippolyte de GINOUX

de 1805 à 1809, Hippolyte est vérificateur de l’Enregistrement et des Domaines

En 1805, à la naissance de leur premier enfant, Adèle, le couple est à Lyon. Hippolyte est vérificateur de l’Enregistrement et des Domaines. Le couple loge provisoirement à l’hôtel des Célestins à Lyon. Adèle décède probablement encore nourrisson.

En 1808, le 9 juillet, à la naissance du second enfant Ernest GINOUX de LACOCHE, la famille loge rue Neuve à Grenoble chez le père de Grazia Maria. Celui-ci, François Joseph est à la retraite en tant qu’ancien Colonel du génie. Hippolyte a toujours le grade de vérificateur.

de 1809 à 1824, Hippolyte est inspecteur de l’Enregistrement et des Domaines

En 1809, à la naissance de Marie Adélaïde GINOUX de LACOCHE, Hippolyte demeure à Sisteron (Alpes de Haute Provence) tandis que que sa femme accouche à Grenoble, assistée par son père.

En 1811, à la naissance d’Edmond GINOUX de LACOCHE, à Annecy, le père de Grazia Maria est venu de Grenoble rendre visite au couple à Annecy.

En 1814, à la naissance d’Oswald GINOUX de LACOCHE, la famille est revenue à Grenoble mais est domiciliée rue Saint Jacques. Hippolyte est toujours inspecteur. Il le restera jusqu’en 1824. François Joseph BEJUY de LACOCHE est présent à la naissance de ce dernier fils.

En 1816, par ordonnance du 29 juin, Hippolyte César est anobli par le roi Louis XVIII en récompense de son zèle et de sa fidélité envers le roi. La famille réside toujours à Grenoble. La même année, le père de Grazia Maria meurt à son domicile rue Neuve à Grenoble. Il était chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis.

Vers 1816, Grazia Maria hérite des propriétés de son père dans le Var à Solliès-Pont et au Bausset et décide de les gérer en s’y installant avec les enfants.

Hippolyte arrive à se faire nommer à Toulon en 1820. Il en profite pour reprendre en main l’éducation de ses fils.

de 1824 à 1841, Hippolyte est directeur de 3ème classe de l’Enregistrement et des Domaines

En 1825, il est nommé d’abord à Grenoble, puis  à Vesoul en 1831, ensuite à Rodez (Aveyron) en 1833 et enfin à Montpellier.

Puis il retourne à Grenoble en 1828 et il est nommé à Montpellier vers l’année 1832.

De son côté, Grazia Maria est restée dans le Var. Elle assiste au mariage de sa fille Marie Adèlaïde le 13 janvier 1834 à Toulon. Hippolyte a donné son consentement par acte notarial. Il n’est pas présent au mariage.

En 1836, on retrouve dans le recensement de Montpellier, Hippolyte César et ses trois fils.

En 1841, sous le roi Louis Philippe, Hippolyte est reçu Chevalier de l’ordre royal de la légion d’honneur (son dossier de la légion d’honneur). Au recensement de Montpellier, il est encore avec ses 3 fils et ses deux domestiques. Mais Oswald est également recensé à Toulon avec sa mère.

de 1841 à 1845, Hippolyte est nommé directeur de 2ème classe de l’Enregistrement et des Domaines

 Il est nommé sur place à Montpellier Directeur pour le département de l’Hérault.

1842 - Hippolyte victime du gaz d'éclairage de la ville de Montpellier

Le 19 janvier 1842, à son domicile de la rue de Castillon à Montpellier, Hippolyte et ses deux domestiques sont victimes d’une explosion de gaz d’éclairage échappé des canalisations de la rue.

Voir les débuts du gaz d’éclairage dans les grandes villes françaises.

 

En 1842, Maria Grazia BEJUY de LACOCHE décède à son domicile de Toulon, 10 rue du Trésor.

En 1852, Hippolyte César décède à Montpellier. Un jeune cousin SAUREL, docteur en médecine est présent.

1 thought on “GINOUX BEJUY”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.