Le site de la Communauté des Ginoux

Neuvy au Houlme et le manoir de Ribardon

Le château de MANNOURY de CROISILLES se situe à Neuvy au Houlme et dans le lieu dit de Baize (affluent de l’Orne). Dans ce quartier sur le cadastre napoléonien ne se trouve qu’une seule propriété pouvant être considérée avoir un château. Ce dernier ne peut être que le manoir du Ribardon (rivière se jetant dans la Baize). 

La famille MANNOURY de CROISILLES

Louis de MANNOURY, seigneur de CROISILLES, prit part tout jeune encore à l’émigration pendant laquelle il épousa, à Hambourg, Mademoiselle Marie Adolphine MAUSELIN qui le rendit père de quatre fils.

Le quatrième fils, Edmond Louis de MANNOURY de CROISILLES, sous-lieutenant d’artillerie démissionnaire en 1836, maire d Argentan, a épousé, en cette ville, le 24 février 1840, Mademoiselle Anna Laurence GUÉRARD VALDORNE fille de Michel François GUÉRARD VALDORNE, ancien conservateur des hypothèques de l’arrondissement d’Argentan. Ils s’installent dans l’hôtel d’Avesgo à Argentan. Une fille née de ce mariage, Mademoiselle Louise Alice de MANNOURY de CROISILLES a épousé Georges GINOUX DEFERMON, petit-fils de l’ancien ministre du premier Empire.

Cette famille va habiter en parallèle Argentan, Paris (rue du Cirque) et le manoir du Ribardon (jusqu’au décès d’Edmond Louis en 1891).

Edmond Louis de MANNOURY de CROISILLES est tout d’abord élu conseiller municipal d’Argentan, puis maire en 1865, sous le second Empire. Sous la troisième République, il est désigné par le préfet et confirmé au journal officiel.  De caractètre combatif, il met sa démission en jeu lors de chacun de ses mandats.

                           Le Constitutionnel du 1er septembre 1865                                                                        Le phare de La loire du 14 avril 1866

                                                        Journal officiel du 13 juin 1876                                                                               L’Évènement du 25 septembre 1877

Petite histoire du château

Les recensements au château de 1861 à 1926. Edmond Louis de MANNOURY de CROISILLES et sa femme y résident à la fin de leur vie (1886, 1891). Avant ils entretiennent du personnel domestique (métayer, jardinier, cocher). Leur fille, Alice y vient terminer ses grossesses en 1863, 1865, 1868, 1869, 1874, 1877 et 1880. Ensuite le château semble loué ou vendu au couple TURPIN HEBERT, agriculteurs.

« D’après les propriétaires du manoir du Ribardon, la demeure a été construite au XVIIIe siècle. « Elle a eu la chance d’être préservée durant la révolution », relève Philippe Séguy.
Cependant l’histoire du « château » va peu à peu s’assombrir. Lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale, le Ribardon va être réquisitionné par l’armée allemande et être transformé en centre de commandement. En « kommandantur ».
Puis, c’est la Gestapo qui va s’installer entre les murs du vénérable bâtiment. Mais c’est finalement à la Libération que le manoir du Ribardon va avoir un rôle à la hauteur de son histoire. En effet, il va devenir le centre des opérations de la Croix-Rouge.

Monument historique, théâtre de l’infamie, hôpital et désormais chambre d’hôte, le Ribardon est prêt pour sa nouvelle vie. » Extraits du Journal de l’Orne du 14 août 2017.

Depuis 2017, le manoir est habité par un écrivain journaliste Philippe SÉGUY.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x