Le site de la Communauté des Ginoux

Les futurs pieds-noirs de La Roque d’Anthéron

Retour à La Roque d’Anthéron

Des Rocassiers ont émigré en Algérie au cours de sa colonisation par la France. Ils ont laissé quelques traces dans les archives de cette époque

Le premier Rocassier en Algérie

Vers 1830, le premier Rocassier, installé en Algérie, semble être Joseph REMONDIN. Joseph est veuf de Madeleine Scholastique BERTRAND. Ils s’étaient mariés à Pélissanne le 26 mars 1813. Madeleine est décédée le 1er juillet 1829 à Pélissanne. Joseph REMONDIN est né le 31 mai 1791. Il est le fils d’un jardinier Jean REMONDIN et de Marie PHILIP. Il est orphelin avant l’âge de 10 ans.

Il est épicier à Alger, 197, rue Bab El Oued quand il se remarie, le 1er décembre 1833, à Alger, avec Catherine XIMENEZ, une fille de l’île de Minorque. Joseph REMONDIN décèdera, à Alger, le 3 août 1837.

Un second Rocassier, agriculteur

Vers 1870, Jean Ferdinand BAJOLLE, cultivateur, part seul, à l’âge de 52 ans, laissant, à La Roque, sa femme Emilie Sophie REGINAUD, 40 ans et tous ses enfants encore mineurs.

Vers 1880, un de ses fils, Pierre Jules rejoindra le Djendel, où sont déjà installées les familles de La Roque d’Anthéron. Son père, Jean Ferdinand est installé, lui, plus à l’ouest du département de Constantine, à Rouached, commune mixte de Fedj M’Zala. Pierre Jules se marie en 1884 à Jemmapes avec Barbara WEITHMANN, puis une dizaine d’années après, au décès de Barbara, il se remarie avec sa soeur Joséphine Marguerite WEITHMANN.

Deux de ses fils, l’un de sa première femme, l’autre de sa soeur, sont morts pour la France :

  • Emile Frédéric BAJOLLE décédé à l’âge de 24 ans, le 15 juin 1915 à Langenfeldkopf, Haut Rhin
  • Albert Félix BAJOLLE décédé à l’âge de 20 ans dans l’ambulance qui le conduisait à Nixéville- Blercourt dans la Meuse.

Six familles partent en même temps au Djendel (futur Lannoy)

Puis six familles semblent être parties au même moment en 1875. Elles vont se retrouver dans le même centre de population, au Djendel, commune mixte de Jemmapes département de Constantine.

Deux familles de “vieux” (du même âge que Jean Ferdinand BAJOLLE, entre cinquante et soixante ans) et quatre familles de jeunes (dans la trentaine).

La famille PALENC PHILIP – Antoine Hippolyte PALENC, à 52 ans, part avec deux de ses fils, Théophile Césaire (16 ans dont une fille se mariera avec un DEYME) et Louis Frédéric (11 ans qui se mariera avec une fille SALVAT). L’aîné de la famille, Hippolyte Félicien restera avec sa mère Marie Adélaïde PHILIP à La Roque d’Anthéron. Il viendra au Djendel en 1886 comme témoin au mariage de son petit frère Louis Frédéric. Il semble être resté célibataire.

La famille BERTRAND REMONDIN – Le couple Joseph Dominique BERTRAND (61 ans) et Justine Madeleine REMONDIN (59 ans) partent avec 4 ou 5 enfants dont Rose Marie née le 1er juin 1858 à La Roque (la maman a 42 ans). Rose Marie va se marier quelques mois après leur arrivée, à 19 ans, au Djendel. Joseph Dominique BERTRAND est l’oncle (frère de leur mère) des frères SALVAT, témoins au mariage de Rose Marie.

La famille SALVAT JOURDAN – Le couple Henri Amédée SALVAT (35 ans, maçon) et Marie Marthe JOURDAN (32 ans) partent avec leurs trois enfants Joséphine Henriette (12 ans), Joseph Marius (7 ans) et Henri Clément (4 ans 1/2). Le 4 juillet 1875, Marie Marthe JOURDAN donne naissance à un garçon Edouard Amédée qui va décéder le 2 septembre à Jemmapes. La maman va décéder, elle aussi le 5 novembre de la même année.

La famille SALVAT DESCALIS – Le couple Félix SALVAT (31 ans, maçon) et Emma Pauline DESCALIS (27 ans) partent avec leurs deux filles Joséphine Claire (5 ans) et Célestine Victorine (4 ans). Elles vont se marier, toute deux, après le décès de leur père le 22 octobre 1885 à l’hôpital militaire de Philippeville (leur mère étant déjà décédée le 16 octobre 1882 au Djendel). Josephine se mariera avec le plus jeune fils PALENC, Louis Frédéric.

La famille MASSIE JENIN – Le couple Isidore Justin MASSIE (33 ans, agriculteur) et Joséphine Rose JENIN (28 ans) partent avec leur fille Elodie Alexandrine (5 ans) et leur fille Marie encore nourrisson (née à La Roque d’Anthéron le 24 mai 1875). Marie va décéder un an après son arrivée au Djendel, le 5 août 1876, à l’âge de 13 mois. En 1878, Joséphine va mettre au monde un triplé de garçons, Jean, Louis et Eugène, tous morts-nés le 13 novembre 1878, au Djendel. Puis naîtront Julie Adolphine le 14 décembre 1879, Thérèse le 3 octobre 1882 et Louis Jean Baptiste le 1er septembre 1884.

La famille DEYME JEAN – Désiré Félix DEYME (39 ans, agriculteur) et Marie Anne JEAN (37 ans) partent avec leur 5 enfants : Henri Félix (15 ans), Barthélémy Eugène (14 ans), Marie Elise (11 ans) et Paul Sylvain (18 mois). Un des fils de Barthélémy Eugène, Victor Désiré, se mariera avec Marie Félicie PALENC, fille de Théophile Césaire PALENC (voir plus haut).

Plus tard, en 1891, un GRANON, Henri louis Alexandre de La Roque viendra prendre pour épouse à Jemmapes, Elodie Alexandrine MASSIE, sa cousine au premier degré. La mère de Henri Louis est la soeur de Isidore Justin MASSIE, père d’Elodie Alexandrine. Le jeune couple va s’installer à La Roque d’Anthéron.