Le site de la Communauté des Ginoux

Le serment du jeu de paume 1789

Magnifique haut relief en bronze de Léopold Morice de 1883. Le texte est lu par Bailly (le doyen),…

À l’aube de la Révolution, s’est tenu le 20 Juin 1789, l’acte fondateur de la république française : le Serment du jeu de paume.

C’est dans la fameuse salle destinée à ce jeu, toute proche du château de Versailles, que les 300 députés présents (majoritairement du tiers états), jurent de ne pas se séparer avant d’avoir donné à la France une Constitution.

Le Serment du Jeu de paume est à l’origine de la séparation des pouvoirs et de la souveraineté nationale. En est issue l’Assemblée nationale constituante qui vote, en août 1789, l’abolition de la monarchie et la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Parmi ces 300 députés, tous propriétaires, beaucoup sont avocats, médecins, notables et fils de notables, on y retrouve Maximilien Robespierre, qui sera le responsable du génocide Vendéen, le docteur Guillotin qui va promouvoir le ‘’Rasoir National’’, l’abbé Sieyès, le comte Mirabeau (le 1er à rentrer au Panthéon.. et aussi à en sortir,… pour trahison, quelques années après), …
 
C’est au printemps 1789 que Louis XVI convoque les états généraux, la réunion des trois ordres : clergé, noblesse et tiers état.
 Les députés du tiers état refusent leur soumission au pouvoir royal. Ils s’allient avec quelques députés du clergé et de la noblesse et se constituent en Assemblée nationale le 17 juin 1789.
 Le roi tente alors de s’opposer en fermant la salle de réunion de Versailles.
 Le 20 juin, la salle étant fermée, les députés se rendent dans une salle proche où l’on pratiquait le jeune paume et y prêtent le fameux Serment du Jeu de paume.

“Nous jurons de ne jamais nous séparer et de nous réunir partout où les circonstances l’exigeraient, jusqu’à ce que la Constitution du royaume fût établie et affermie par des fondements solides.”

A cette nouvelle, louis XVI est resté digne, en ne réprimandant pas son peuple, en l’ occurrence, cette poignée de personnes vindicatives. Il est resté roi, il n’est pas devenu un tyran, un dictateur, un oppresseur. Gardait-il dans son ADN de capétien cette phrase de Louis XV : 
 
“Le sang de nos ennemis est toujours le sang des hommes. La vraie gloire est de l’épargner “. 
 
Les révolutionnaires, au nom de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, nous ont prouvé qu’ils n’avaient pas tout à fait  les mêmes valeurs en sacrifiant de nombreux êtres humains souvent leurs voisins.
 
Ils vont largement s’inspirer de la constitution Américaine, qui grâce à Louis XVI et l’engagement de la France dans la guerre d’indépendance américaine, a vu le jour en 1787. 
C’est en effet grâce au corps expéditionnaire Français envoyé par Louis XVI, et commandé par le comte Rochambeau (commandant en chef) avec l’amiral Paul de Grasse : 11000 soldats, que la libération des Etats-Unis (victoire Française de Yorktown) eu lieu face aux troupes Anglaises.
C’est le traité de PARIS en 1783 qui donnera naissance à la constitution américaine en 1787 et dont s’inspireront nos révolutionnaires de 1789. 
 

Un petit reportage de FR3 dévoilant les décors du film L’anglaise et le duc d’Eric RHOMER sorti en 2001. La révolution française vécue par une aristocrate anglaise vivant à Paris en 1789.

HJacques DEFERMON, le père de Jeanne mariée à Philibert GINOUX, a joué un rôle actif durant cette période, notamment sur la Déclaration des Droits de l’Homme et de Citoyen. Il est élu président de l’Assemblée nationale le 1er décembre 1792. Sa page Wikipédia pour en savoir plus.