Le site de la Communauté des Ginoux

La Glorieuse rentrée vaudoise 1689

Josué JAVANEL né à Rorà entre 1610 et 1615 (voir les GIGNOUS dit JANAVEL) est un des capitaines résistants à la persécution contre les Vaudois des vallées du Piémont en 1655, nommée les Pâques vaudoises. Faisant preuve d’une bravoure extraordinaire, sa tête fut mise à prix pour 300 ducats. Il a dû se retirer dans les montagnes, puis en Dauphiné et enfin revenir dans les vallées pour de nouvelles expéditions. Il est alors condamné à être tenaillé (tenailles rougies au feu), puis mis à mort, puis écartelé avec exposition de la tête détachée du tronc par l’Édit du 25 juin 1663).

Josué se retire à Genève où il se trouve en 1686 quand les Vaudois sont expulsés des vallées.

Aussitôt après la révocation de l’Édit de Nantes (18 octobre 1685), Josué JANAVEL écrit de Genève à ses coreligionnaires des vallées. Il leur donne des conseils :

  • unité autour de leur Pasteur
  • jurer fidélité à leur église et à leur patrie
  • porter des requêtes à leur souverain tout en restant vigilant
  • former des compagnies d’une vingtaine d’hommes au plus
  • créer un syndic composé d’un représentant de chacune des vallées et d’un ou deux Pasteurs pour coordonner les compagnies
  • acheter du blé à cacher dans les montagnes
  • créer des bastions à des endroits précis stratégiques
  • utiliser, en plus des fusils, des frondes plus efficaces

Ses conseils ne sont pas suivis et JANAVEL voit arriver à Genève les rescapés des tueries et des prisons de septembre 1686 à février 1687. Il ne cesse de les faire secourir et prépare une organisation pour un retour dans les vallées.

Il écrit aux vaudois réfugiés à Genève, Zurich et Berne pour leur donner des instructions pour rentrer dans leur patrie. Dirigé par le Pasteur ARNAUD, 900 vaudois décident de rentrer  et vont suivre à la lettre ces instructions.

Histoire de Josué JANAVEL dans l’Echo des Vallées de 1849

La Glorieuse rentrée août-septembre 1689

Forte de neuf cents hommes, l’expédition d’ est dirigée par le pasteur Henri Arnaud.

La discrétion est l’une des contraintes de cette Glorieuse rentrée. Les Vaudois commencent par se réunir à Prangins, près de Nyon, pour effectuer la traversée nocturne du Lac Léman sur des barques, le , puis parcourir 200 km plein sud, par les routes secondaires, souvent encore enneigées.

L’expédition passe principalement par les crêtes depuis le Haut-Faucigny, le col du Bonhomme, le Lac de la Girotte, la Haute-Tarentaise, le col de l’Iseran, le col du Mont Cenis et le col Clapier, jusqu’à Pragelas et Torre Pellice et les autres villages des vallées italiennes dont étaient originaires les vaudois italiens réfugiés à Genève.

Vous trouverez le chemin parcouru lors de la Glorieuse rentrée, étape par étape sur le site italien : lestradedeivaldesi.com

L’album du bi-centenaire de la Glorieuse rentrée dans les vallées vaudoises 1689-1889

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.