Le site de la Communauté des Ginoux

Farges Allichamps et le château de la Brosse

Le château de la Brosse vers 1900
Le châzteau de la Brosse aujourd'hui

L’incendie en 1862 du château médiéval de la Brosse, fut l’occasion pour Georges Gardye de la Chapelle Crosville de remodeler son domaine, dont la fonction principale semble d’avoir été une résidence de chasse. L’espace occupé par le château comprend, le long d’une allée qui traverse la propriété du nord au sud, à l’entrée, la ferme et la maison du régisseur, au sud, les écuries disposées autour d’une cour fermée et isolées du château, situé à mi-chemin. Au delà des écuries se développe un parc de chasse dans lequel est bâti un château d’eau. En 1870 avait été construite, en bordure du Cher, une machine fixe pour l’élévation des eaux. Le nouveau château, construit entre 1862 et 1866, adopta le style néo-gothique. Le décor sculpté utilise le répertoire inspiré de l’architecture civile du Moyen Age. La décoration intérieure, principalement celle des pièces de réception et du grand escalier, au rez-de-chaussée, offre la même unité d’inspiration. Le château, oeuvre d’un architecte dont le nom n’est actuellement pas connu, domine un parc paysager et agricole, dessiné en 1862 par Paul de Lavenne comte de Choulot. Ce parc, l’une des dernières réalisations du paysagiste, a conservé sa lisibilité et reflète la pensée paysagère très riche de son concepteur, faite de simplicité et d’harmonie avec la nature environnante. L’un des principaux intérêts de cette propriété réside dans l’unicité du programme associant parc, château et dépendances, réalisé entre 1862 et 1870. L’incendie survenu en 1973 a détruit les toits des tourelles en encorbellement et des pavillons du château, alourdissant ainsi visuellement l’édifice.

Texte extrait de la base Mérimée de Ministère de la Culture et de Monumentum.fr

La famille GARDY de La CHAPELLE CROSVILLE

La famille GARDYE de la CHAPELLE CROSVILLE originaire de Hennebont en Bretagne (d’après infobretagne.com) et peut-être de Crosville sur Douve (Manche) achète le château (résidence de chasse) en 1849. En 1857, un bois près du château est brûlé peut-être par de la malveillance. Un incendie du château, cette fois, en 1861, oblige Georges GARDY de la CHAPELLE marquis de CROSVILLE à le faire reconstruire mais de style  néogothique à la mode de l’époque. Il se marie en 1866 avec Jeanne THEROUANNE, une des deux soeurs de Berthe THEROUANNE mariée à Charles GINOUX DEFERMON. Ils ont une fille Berthe née le 13 février 1867 et un garçon Guy né le 16 juillet 1868. A la guerre de 1870, Berthe THEROUANNE et Charles GINOUX DEFERMON demeurant au château de Sucy en Brie viennent se réfugier au château où naît un de leur fils, Pierre, le 26 février 1870.

Berthe GARDYE de La CHAPELLE CROSVILLE se marie avec Robert de DREUX BRÉZÉ le 16 mai 1885 et décède à l’âge de 36 ans, en 1904. C’est sa cousine, fille de Berthe THEROUANNE, Marie GINOUX DEFERMON qui se mariera avec Robert de DREUX BRÉZÉ, veuf.

Guy GARDYE de La CHAPELLE CROSVILLE va habiter Paris 16ème où il se marie avec Marie Marguerite PICOT le 29 juillet 1902. C’est alors un jeune homme mondain, joueur de Tennis. Il participe aux Jeux Olympiques d’été de Paris de 1900. Il décroche en double avec André PREVOST la médaille de bronze. Mobilisé en 1914, il participe à la campagne contre l’Allemagne. Il devient capitaine territorial au 101ème Régiment d’artillerie. Il est cité en 1916, blessé en 1917 et reçois la croix de guerre et la Légion d’Honneur en 1918. Il se retire au château de La Fay à Ménétréol sur Sauldre (Cher).

Journal du Cher du 7 avril 1857
Journal du Cher du 10 janvier 1861
Journal du Cher du 29 janvier 1861

Le château entre deux guerres

Les meubles du château sont vendus par les héritiers en 1933. Puis le château est repris en 1937 par la ville de Colombes (Hauts de Seine) pour en faire une colonie de vacances. C’est un projet de la municipalité communiste au grand dam du journal La Mayenne (lire l’article ci-dessous).

La dépêche du Berry 15 janvier 1933
La dépêche du Berry du 1é septembre 1937
La Mayenne du 30 août 1938

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.